En bref les informations Startups de la semaine 08-2019

Toutes actualités Startup de la Semaine

Les informations startups

à coté desquelles

il ne faut pas passer.

par Jerome le 22 février 2019 à 20:00.


CoCoShaker dévoile sa quatrième promotion

Jamais trois sans quatre : l’incubateur CoCoShaker, spécialisé dans les entreprises sociales, vient d’annoncer sa toute dernière promotion 2019, la quatrième après en avoir déjà suivi et accompagné trois. Cette année, c’est le territoire auvergnat qui a été mis à l’honneur, avec sept projets locaux retenus parmi les nombreuses candidatures reçues. On pourra ainsi y retrouver :

  • Angélise, un projet de lieu d’interaction entre professionnels et public en milieu socialaire, avec différentes solutions pour palier à toute difficulté durant la scolarité.
  • Cocon, qui souhaite créer un réseau et des évènements entre différents acteurs et professionnels évoluant dans le milieu culture et social.
  • Ensembly, qui vise à faire évoluer les mentalités en entreprise sur le sexisme quotidien et l’égalité entre les femmes et les hommes.
  • La péniche d’abord, dont l’objectif est d’implanter un lieu culturel et collaboratif à Moulins, axé autour de l’économie sociale et solidaire ainsi que l’éco-responsabilité.
  • Le bon soin, une future plateforme de mise en relation des Ehpad, des travailleurs sociaux et des bénévoles afin d’y faciliter le recrutement et d’améliorer la vie sociale des résidents.
  • ReMix Glass, qui propose une certification et un suivi de produits verriers à l’aide de QR codes uniques et cryptés afin d’éviter la contrefaçon et de faciliter le recyclage.
  • Sagesse Technologie, dont l’ambition est de favoriser le bien-être du troisième âge et des personnes isolées à l’aide de la réalité virtuelle et d’une démarche de valorisation du patrimoine local.

Business France décerne ses Awards 2019

C’est lors du Mobile World Congress de Barcelone, qui se déroulera du 25 au 28 février prochains, que Buisness France chapeautera à nouveau les pavillons French Tech. À cette occasion, l’agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française remettra quatre prix à autant de projets innovants retenus parmi toute la délégation nationale qui réunira une centaine de startups et PME. Le Prix Telco Innovation sera décerné à Broadpeak, startup spécialisée dans la technologie de streaming vidéo multi-écrans ; le Prix BtoB Solution à Secure-IC, un service qui protège les systèmes électroniques embarqués contre d’éventuelles cyberattaques ; le Prix startup reviendra à Tempow, un projet qui permet de streamer de la musique depuis un smartphone vers plusieurs sorties audio Bluetooth ; et enfin, le Prix Coup de Cœur sera décroché par Miraxess, dont l’innovation réside dans le Mirabook, un nouvel ordinateur qui exploite la puissance du smartphone.


Le Groupe URGO lance la seconde édition du Mentorship Program

Le Groupe URGO, structure internationale spécialisée dans la santé responsable, renouvelle son expérience du Mentorship Program en lançant un appel à candidatures pour cette deuxième édition. L’objectif de ce programme d’accélération sur mesure est d’accompagner des startups européennes du secteur des technologies médicales souhaitant être soutenues par un industriel. Une année de coaching est ainsi proposée par le groupe, une récompense qu’ont décrochée les lauréats 2018 Chris Murphy et Simon Kiersey, avec leur startup BlueDrop Medical. Le dépôt des candidature est ouvert jusqu’au 30 avril 2019 et se fait directement sur le site du Groupe URGO.



Les Ateliers Wecandoo s’installent à Lille

Déjà implantée à Paris, Lyon, Bordeaux et Nantes, la société française Wecandoo vient d’annoncer son arrivée à Lille. Une nouvelle qui sonne comme un retour aux sources pour Grégoire Hugon et Edouard Eyglument, les cofondateurs, puisque c’est dans la capitale des Flandres qu’ils se sont lassés de leur travail « trop déconnecté de la réalité » et qu’ils ont souhaité se lancer dans un projet qui avait du sens. Résultat de cette réflexion et de la rencontre avec 300 artisans, Wecandoo propose ainsi différents ateliers afin de découvrir de nombreuses activités. On peut citer, pêle-mêle, des cours de cuisine, de poterie, de soudage mais également des ateliers centré sur le travail du cuir ou encore de la bijouterie. Une trentaine d’activités sont d’ores et déjà disponibles dans la ville du Nord et ses environs.


L’ambition de Bruno Le Maire : faire de la France un champion européen des centres de données

Le gouvernement veut faire de la France « la première terre d’accueil des centres de données en Europe« , a indiqué lundi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire en inaugurant en région parisienne un gros centre de données géré par la société Equinix. « Aujourd’hui, nous sommes les quatrièmes derrière l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas« , a déclaré Bruno Le Maire. Mais le prix de l’électricité en France et la qualité des réseaux de télécommunications notamment font que « nous avons tout » pour devenir ce champion européen des centres de données, a estimé le ministre. La France vient de réduire (de près de la moitié) la taxe sur l’électricité consommée par ces centres de données, a rappelé Bruno Le Maire, dans ce centre de données installé dans un ancien centre de tri de la Poste à Pantin (Seine-Saint-Denis) au fond d’une vaste plate-forme logistique et industrielle. « La capacité d’hébergement de données va devenir de plus en plus cruciale » pour un pays, a estimé le ministre. « Si nous n’avons pas sur notre sol un nombre suffisant de centres de données pour héberger les données et les algorithmes qui sont nécessaires au développement des véhicules autonomes, les données de nos automobiles et donc la sécurité même de la circulation de ces véhicules seront stockées à l’étranger, et soumises au régime juridique local« , a déclaré Bruno Le Maire.

Maddyness avec AFP



France Biotech lance la première édition du HealthTech Investor Day

L’association France Biotech organisera la toute première édition du HealthTech Investor Day, un événement où entreprises de santé innovantes, françaises comme européennes, grands groupes industriels pharmaceutiques et investisseurs du monde entier vont pouvoir se rencontrer pendant une journée à l’occasion de discussions privilégiées ou de tables rondes. C’est le 25 juin prochain, à l’hôtel Peninsula au plein coeur de Paris, que cette journée se déroulera.

Parmi les différents partenaires participant à l’organisation de cet événement, on pourra compter sur BDC Lifesciences, Bpifrance, Business France, Sofinnova, Financière Arbevel, l’Organisation des Entreprises du Médicament ou encore des laboratoires pharmaceutiques (Servier et Ipsen, pour ne citer qu’eux). « Ce HealthTech Investor Day traduit notre volonté d’accompagner ces PME et startups de l’innovation en santé qui sont au milieu du gué et peinent à trouver de nouveaux investisseurs pour rendre leurs innovations disponibles aux patients », explique Maryvonne Hiance, présidente de France Biotech. L’objectif est clair : renforcer et promouvoir le dynamisme de cet écosystème en faisant de Paris une place européenne essentielle du financement de l’innovation dans le monde de la santé.


2 millions d’euros de plus pour le fonds Paris Innovation Amorçage

Bonne nouvelle pour le fonds Paris Innovation Amorçage, géré par la Ville de Paris et bpifrance : il se dote d’un volet « fabrication innovante » et d’une enveloppe de 2 millions d’euros spécialement dédiée. « PIA Fabrication » concerne les projets d’innovation nécessitant une phase de conception innovante, de prototypage et d’optimisation des procédés de fabrication, dans la perspective de leur industrialisation. La création de ce troisième véhicule d’investissement découle du plan « fabriquer à Paris », lancé en 2016 par la Ville de Paris pour « transformer Paris en ville productive« .



Heetch ouvre… un café !

Difficile pour les chauffeurs utilisant une même plateforme de mise en relation de se rencontrer et de se sentir solidaires les uns des autres. Passant par l’application sans jamais croiser de pairs, ils peuvent se retrouver facilement isolés de leurs collègues. C’est forte de ce constat que la startup française Heetch a décidé de lancer son propre café, dans le dixième arrondissement de Paris. Le but : créer un espace dédié à la détente, à des workshops et aux rencontres dans un cadre informel.

Cet espace physique permet aux chauffeurs du service français d’apprendre à connaître leurs partenaires, de se reposer autour d’une collation — gratuite, qui plus est — entre deux courses ainsi que d’échanger des conseils avec d’autres professionnels. Une équipe est disponible sur place pour répondre aux demandes, informer les chauffeurs intéressés sur le fonctionnement du service et les aider à s’inscrire. L’établissement est ouvert depuis trois mois et a déjà accueilli 500 chauffeurs, bien que son ouverture n’ait été officiellement annoncée que cette semaine. Quelques événements grand public sont également prévus.


October vient d’atteindre les 100 millions d’euros remboursés aux prêteurs

Cent millions d’euros : c’est le montant que la plateforme de prêt aux PME October, anciennement Lendix, a directement reversé à sa communauté de prêteurs depuis sa création il y a quatre ans. Cette centaine de millions comprend à la fois le remboursement du capital emprunté ainsi que les intérêts collectés. Cette startup, lancée en mars 2015, propose aux PME d’emprunter de l’argent directement à des prêteurs particuliers ou institutionnels. Ce service français de crowdlending, également actif en Espagne, en Italie et aux Pays-Bas, revendique avoir accompagné 570 projets, avec un montant moyen de 460 000 euros par prêt. Déjà à la mode au Royaume-Uni, ce type de financement participatif se développe de plus en plus en France. « Nous sommes persuadés que ce n’est que le début d’un mouvement massif de diversification des sources de financement des entreprises », se réjouit Olivier Goy, fondateur d’October.


Soixante lauréats pour la deuxième vague du Concours d’innovation

Le Concours d’innovation, opéré par l’Ademe, Bpifrance et FranceAgriMer, dévoile les lauréats de sa deuxième édition, qui a rergoupé neuf thématiques : les énergies renouvelables, les transports et la mobilité durable, l’efficacité en énergie et en ressources, l’eau et la biodiversité, le numérique DeepTech, la santé et la bioproduction, la French Fab, la sécurité et la cybersécurité, l’agriculture innovante. Soixante lauréats ont été sélectionnés, représentant un montant total de 37 millions d’euros d’aides. Les heureux élus recevront leur prix l’été prochain lors d’une cérémonie. Et la compétition ne s’arrête pas là, puisqu’une troisième vague a d’ores et déjà été annoncée, avec un appel à projets ouvert jusqu’au 14 mai 2019, qui reprend les mêmes thématiques.


France Digitale et WonderLeon s’associent pour chasser les talents internationaux

Le coprésident de France Digitale Frédéric Mazzella vient d’annoncer la création de FD Talent, une alliance entre l’association française fondée en 2012 et WonderLeon. France Digitale accueillera le programme FD Talent à partir du 1er mars avec cinq actions essentielles : continuer à développer la marque employeur des entreprises partenaires pour attirer toujours plus de profils ; proposer une newsletter avec des profils de haut niveau souhaitant rejoindre l’écosystème français ; mettre en relation DRH, CTO, CMO et CFO pour partager leurs expertises sur le recrutement ; organiser des rencontres entre employeurs et écoles ; et enfin faire rayonner la France avec la création de récompenses, les Leon Awards, pour en faire un événement phare du secteur.

Véritables trésors recherchés par de nombreuses startups, les Leons — c’est-à-dire les Français expatriés et travailleurs étrangers avec une grande expérience internationale — sont au coeur de l’initiative WonderLeon, anciennement appelé Reviens Leon, fondée en mai 2015. Elle consiste en une offre de services RH dédiés à ces talents. BlaBlaCar, Doctolib, Evaneos, LaFourchette ou encore ShowroomPrivé font partie des membres de WonderLeon, mais l’initiative devrait accueillir de plus en plus d’entreprises et startups dans les mois qui viennent.


Startup For Kids et WeWork veulent pousser les jeunes à imaginer la ville de demain

Qui de mieux que la génération des 12-20 ans pour imaginer les futurs bâtiments qui composeront la ville de demain ? C’est la réflexion portée par Startup For Kids et WeWork qui viennent de s’associer pour lancer le Demain Commence Aujourd’hui Camp, un événement gratuit axé sur le thème de la Smart City. Du 25 février au 1er mars, cette initiative accueillera 50 jeunes étudiants, autant de filles que de garçons, et dont la moitié est issue des quartiers de la Politique de la Ville, dans les bureaux de WeWork dans le quartier parisien de La Fayette.

L’objectif ? Proposer, par équipe, des innovations autour de l’urbanisme, le tout encadré par des mentors issus des entreprises hébergées par WeWork, notamment Salesforce et Spring Lab. L’atelier organisé par les deux entreprises proposera différentes rencontres, ateliers et maquettes pour développer au maximum les connaissances des jeunes dans certains domaines-clés (design, média…) ainsi que les différentes idées des adolescents et jeunes adultes. Le dernier jour de cet événements sera dédié à la présentation des projets devant un jury de professionnels.


Le Wagon ouvre son troisième campus chinois à Shenzen

La Chine, ce nouvel eldorado des startups françaises. L’école de code Le Wagon y est déjà présente depuis moins de trois ans, avec un campus à Shanghaï et un autre à Chengdu. Elle vient d’annoncer l’ouverture d’une troisième école à Shenzen. Cette formation propose 9 semaines d’apprentissage intensif afin qu’à terme les élèves puissent développer un produit technologique, du design au prototype en passant par la programmation et la mise en ligne.

« En Chine, le marché des bootcamps de code est basé sur le volume et des prix bas. Le Wagon a donc dû prouver sa valeur ajoutée basée sur l’excellence de sa formation, des savoir-faire concrets et l’accès à une communauté internationale d’anciens élèves qui apportent du mentorat », explique Thibault Genaitay, Head of China, avant d’ajouter que leurs élèves « sont en majorité chinois, et 70% de notre chiffre d’affaires vient de recommandations d’anciens élèves ».


Source : Maddyness

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.